6 conseils pour sécuriser sa copropriété pendant les vacances d’été

Sécurité - Ete - Copropriété
Coach Copro

Coach Copro

Expert Cotoit

Partagez cet article

Cet été, vous partirez sans doute en vacances, laissant votre logement inoccupé. Pour rester serein et éviter les risques de cambriolage et autres dégâts, mieux vaut avoir quelques dispositifs de sécurité ! On vous donne quelques astuces pour sécuriser votre copropriété et partir l’esprit léger.

 

Pourquoi sécuriser sa copropriété ?

En 2020, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, 379 000 ménages ont été victimes de cambriolages ou de tentatives de cambriolages. Bien que survenant tout au long de l’année, ces actes de vandalisme deviennent récurrents à partir de l’arrivée des beaux jours. Il est donc primordial de disposer d’une copropriété sécurisée afin de pouvoir partir en vacances l’esprit tranquille.

À noter qu’un immeuble suffisamment sécurisé sera plus facilement mis en avant sur le marché immobilier et verra par conséquent son prix de vente augmenter considérablement.

 

Comment sécuriser sa copropriété ?

Pour éviter les vols et intrusions indésirables, il est indispensable d’avoir une copropriété bien sécurisée. Pour cela, de nombreux dispositifs de sécurité existent.

Du choix en matière de sécurisation

Du plus accessible au plus coûteux, du plus simple à mettre en place au plus réglementé, voici quelques exemples de dispositifs de sécurité à installer en copropriété :

  • Pour sécuriser les accès à la copropriété : présence d’un interphone, visiophone ou digicode, mise en place d’un sas d’entrée, installation d’une porte blindée, clôturage du chemin menant à la copro…

Parmi toutes ces bonnes astuces, nous vous conseillons également l’installation d’une serrure électromagnétique Vigik. Ce système vous permet de sécuriser votre copropriété par l’utilisation d’un badge électronique sans contact. Délivré à tous les résidents, ce badge offre par la même occasion un accès simplifié à la résidence pour certains professionnels comme La Poste, Enedis, GRDF, les plombiers, les électriciens, etc. Mais rassurez-vous, ces derniers disposent d’un accès véritablement limité à la résidence.

  • Pour sécuriser les parties communes (hall d’entrée, local à vélos, jardin, parkings…) : faire appel à un gardien d’immeuble, installer un système de vidéosurveillance, mettre en place un éclairage dissuasif couplé à un détecteur de mouvement…

 

La vie d’un immeuble collectif pose la question de l’accès à certaines parties de l’immeuble pour les personnes qui n’y sont pas résidentes.

En ce qui concerne les forces de l’ordre et les secours, le droit d’accès aux parties communes en résidentiel a été modifié, en dernier lieu, par l’article 20 de la loi n° 2021-1520 du 25 novembre 2021. La loi a évolué, plus besoin de vote en assemblée générale, l’accès est de plein droit pour eux.

De ce fait, les copropriétaires doivent rendre les immeubles accessibles aux services des forces de l’ordre et de secours concernés.

Bien que le choix d’un gardien d’immeuble soit une bonne option pour sécuriser votre copropriété, un employé d’immeuble peut également être une solution adéquate. Souvent moins coûteux qu’un gardien-concierge, l’employé d’immeuble rempli de nombreuses missions, comme l’entretien de la copropriété, l’accueil des visiteurs ou encore la surveillance des parties communes. Cependant, il ne loge pas dans la copropriété, contrairement au gardien. Salarié de la copropriété, l’employé d’immeuble est embauché après un vote à la majorité absolue du syndicat des copropriétaires.

Enfin, malgré un coût élevé d’une moyenne de 22 €/TTC, le recrutement d’un vigile ou d’un agent de sécurité reste une alternative intéressante. Chargé de réaliser des rondes dans les parties communes aussi bien en journée qu’en pleine nuit, il peut être recruté comme un employé ou en tant que prestataire externe à la résidence.

 

Les étapes pour sécuriser sa copro

Un peu perdu parmi toutes ces installations ? Voici comment procéder pour vous lancer.

Tout d’abord, faites l’état des lieux des accès de votre copro ainsi que des éventuelles défaillances. Toutes les possibilités sont à étudier pour bien sécuriser votre copropriété ! Votre syndic est alors votre meilleur allié ! En effet, selon l’article 18 du 10 juillet 1965, son rôle est « d’administrer l’immeuble, de pourvoir à sa conservation, à sa garde et à son entretien ». Autrement dit, le syndic doit assurer un suivi du système de sécurité de la copropriété.

Pour s’assurer un diagnostic de sécurité sans failles, le syndic peut directement faire appel aux services de police. En effet, qui d’autre qu’un agent de police pour dénicher les potentielles défaillances de sécurité de votre immeuble ? Du fait de son expérience, celui-ci sera le plus à même de se mettre dans la peau d’un cambrioleur et de vous conseiller sur les points à perfectionner, comme un sas d’entrée défectueux, l’absence d’interphone, une caméra en panne, etc.

Sachez que l’intervention de la police dans les parties communes ne nécessite pas de vote préalable en Assemblée Générale. En effet, la loi a évolué. L’accès aux parties communes est désormais de plein droit pour les services des forces de l’ordre et de secours, sauf exception pour la police municipale. 

Ensuite, communiquez avec vos voisins. Discuter des solutions à mettre en place est essentiel pour une sécurisation réussie !

Bon à savoir : C’est justement pour faciliter ce type d’échanges que Cotoit a développé un espace de discussion dans son espace client. Fini les petits mots peu visibles sur le tableau d’affichage. Désormais, le numérique s’invite dans la prise de décision collaborative ! Pour en savoir plus, demandez une démo de l’espace client Cotoit.

Enfin, préparez l’assemblée générale durant laquelle sera votée votre nouveau système de sécurité.

 

Quelles sont les démarches nécessaires ?

Avant de se lancer dans la mise en place de dispositifs de sécurité au sein d’une copropriété, il est important de se renseigner sur les démarches à suivre. En effet, certaines sont régies par quelques règles.

Au sein d’une copropriété, le choix du système de sécurisation de l’accès devra toujours être voté lors de l’assemblée générale des copropriétaires. Bonne nouvelle, ce vote a été simplifié ! Par exemple, vous n’avez plus besoin d’autorisation d’installation d’un système de vidéosurveillance si les lieux surveillés ne sont pas ouverts au public, sans en cas de copropriété sans contrôle d’accès.  

 

Pour la vidéosurveillance : les caméras peuvent en effet filmer les espaces communs (parking, local vélos, hall d’entrée, portes d’ascenseur, cour). Elles ne doivent en revanche pas filmer les portes des appartements ni les balcons, terrasses ou fenêtres des appartements. 

Bon à savoir : Si les caméras filment un lieu accessible à toute personne (hall  d’entrée, etc), le dispositif doit faire l’objet d’une demande d’autorisation auprès du préfet du département car les lieux sont considérés comme ouverts au public.

Si vous souhaitez faire clôturer le chemin menant à la copropriété pour installer un portillon à l’entrée, là encore, certaines conditions s’appliquent. Celles-ci sont notamment valables si des personnes exercent une activité professionnelle dans la résidence, ou si le chemin de la copropriété dessert une école ou un bâtiment public par exemple.

Avant de vous lancer dans l’installation d’un système de sécurité délivrant l’accès à la copropriété, il est prioritaire de vous assurer que votre démarche respecte bien les règles relatives à l’accessibilité. En effet, selon l’article 4 de l’arrêté du 24 décembre 2015 « Les dispositifs de commande des systèmes de contrôle d’accès […] et les systèmes d’ouverture des portes doivent être situés à plus de 0,40 m d’un angle rentrant de parois ou de tout autre obstacle à l’approche d’un fauteuil roulant, et à une hauteur comprise entre 0,90 m et 1,30 m. »

 

Protéger son logement pendant ses vacances : les 6 conseils de Cotoit

Afin d’éviter les mauvaises surprises au retour des vacances, il existe également des mesures de sécurité très simples que chacun peut mettre en place. Voici quelques conseils à ne pas oublier avant de partir :

  • Rester discret sur ses déplacements et ses dates de départ en vacances.
  • Prévenir la gendarmerie pour bénéficier de l’Opération Tranquillité Vacances : pendant votre absence, vous pouvez demander à la police ou à la gendarmerie d’organiser des patrouilles près de votre domicile. Pour cela, il vous suffit de vous rendre au commissariat de police ou à la brigade de gendarmerie de votre domicile au moins 2 jours avant votre départ.
  • Demander de l’aide à un voisin, qui peut surveiller votre logement et/ou l’entretenir pour simuler une présence pendant votre absence (relever le courrier, arroser les plantes, ouvrir les volets, etc).
  • Bien vérifier que les volets et fenêtres sont fermés et que toutes les portes sont verrouillées.
  • Ne pas laisser d’objets de valeur en vue.
  • Simulez votre présence au sein de votre logement en programmant à distance l’allumage de vos lumières, de votre télévision, etc.

 

Vous voilà maintenant informés et rassurés pour profiter pleinement de vos vacances d’été !

Nous vous recommandons

popup cadeau parrainage

Devenez parrain
et soyez récompensé !

Vous êtes satisfait de votre syndic Cotoit ? Chantez nos louanges et recevez un bon d’une valeur de 25€ valable chez l’un de nos partenaires* !