Fin des boucliers tarifaires : quel impact sur les copropriétés ?

Photo de l'auteur

Elise Macé

Partagez cet article

Depuis plusieurs années, les boucliers tarifaires électricité et gaz ont joué un rôle essentiel dans la protection des consommateurs contre les fluctuations de prix dans le secteur de l’énergie. Cependant, avec la fin de ces mécanismes, les copropriétés se retrouvent face à de nouveaux défis.

Cotoit, syndic de copropriété en ligne, explore les implications de la fin des boucliers tarifaires sur les immeubles en copropriété et les mesures à prendre pour atténuer leur impact.

Les boucliers tarifaires gaz et électricité

Le bouclier tarifaire a été instauré en réponse à la flambée des prix de l’énergie en France et en Europe. Il visait à limiter les augmentations successives des tarifs de l’électricité et du gaz, tout en tenant compte d’autres dépenses pesant déjà sur les foyers.

Voici les points clés à retenir :

  • Électricité : le bouclier tarifaire pour l’électricité a été maintenu jusqu’à début 2025. En 2023, il a permis de contenir la hausse des prix à 15 %, comparé à 4 % en 2022.
  • Gaz : le bouclier tarifaire gaz a pris fin en décembre 2023. Cela s’explique par des conditions de marché qui devraient revenir à la normale. Cependant, le bouclier « collectif » gaz dédié aux copropriétés continuera de s’appliquer jusqu’au 31 décembre 2024, même s’il est actuellement inactif en raison de la baisse des prix de l’énergie.

L’impact de la fin des boucliers tarifaires sur les copropriétés

  • Électricité : avec le bouclier tarifaire pour l’électricité, les copropriétés ont bénéficié d’une limitation de la hausse des prix à 15 % en 2023. Pour illustrer son impact, considérons un ménage moyen : la hausse moyenne par ménage a été de 20 € par mois avec le bouclier tarifaire, contre 180 € par mois sans ce dispositif. En d’autres termes, les consommateurs ont économisé environ 160 € par mois, soit 1 920 € par an sur leur facture d’électricité.
  • Gaz : la fin du bouclier tarifaire gaz signifie que les copropriétés devront faire face à des prix non plafonnés pour le gaz. Cependant, le bouclier « collectif » gaz continuera de s’appliquer jusqu’à fin 2024, même si les prix du gaz sont actuellement inférieurs aux tarifs plafonnés. Il est essentiel que les copropriétés surveillent attentivement leurs factures et anticipent les fluctuations des prix du gaz.

Quelles solutions pour économiser l’énergie en copropriété ?

Réaliser des travaux de rénovation énergétique

La rénovation énergétique est un enjeu majeur pour les copropriétés soucieuses de réduire leur empreinte carbone et leurs dépenses en énergie. Voici quelques étapes essentielles pour mener à bien ces travaux :

  • Audit énergétique : avant de commencer, il est crucial de réaliser un audit énergétique. Cela permet d’identifier les points faibles du bâtiment, comme l’isolation, les fenêtres, le système de chauffage, etc. L’audit servira de base pour définir les priorités en matière de rénovation.
  • Isolation thermique : l’isolation est l’un des aspects les plus importants. Assurez-vous que les combles, les murs et les planchers sont bien isolés. Des matériaux écologiques comme la laine de roche ou la ouate de cellulose sont recommandés.
  • Changement des menuiseries : remplacez les anciennes fenêtres par des modèles à double vitrage. Cela améliorera l’efficacité énergétique et réduira les pertes de chaleur.
  • Optimisation du chauffage : vérifiez l’état de la chaudière et envisagez son remplacement si nécessaire.
  • Éclairage LED : remplacez les ampoules traditionnelles par des ampoules LED. Elles consomment moins d’énergie et ont une durée de vie plus longue.

Installer des thermostats programmables

L’installation de thermostats programmables dans les copropriétés est un moyen efficace de réduire la consommation d’énergie et de contribuer à la préservation de l’environnement.

Avantages d’un thermostat programmable :

Un thermostat programmable est un appareil qui vous permet de réguler la température de votre logement en fonction de plages horaires prédéfinies. Voici comment il peut vous aider à économiser de l’énergie :

  • Personnalisation des plages horaires : vous pouvez définir des températures différentes pour différentes périodes de la journée. Par exemple, réduire la température pendant la nuit ou lorsque vous êtes au travail.
  • Contrôle à distance : les thermostats programmables connectés vous permettent de régler la température à distance via votre téléphone. Ainsi, vous pouvez ajuster la chaleur de votre logement même lorsque vous êtes à l’extérieur.
  • Adaptation à chaque pièce : vous pouvez ajuster la température pièce par pièce. Par exemple, la salle de bains, le salon et la chambre n’ont pas besoin d’être chauffés de la même manière.

Aide financière disponible :

Le gouvernement encourage l’installation de thermostats programmables en lançant le plan thermostat. Vous pouvez bénéficier d’une aide financière si vous faites installer un thermostat programmable connecté dans votre logement entre le 1er décembre 2023 et le 31 décembre 2024. Selon l’Ademe, s’équiper d’un thermostat programmable connecté permettrait de réduire jusqu’à 15 % de sa facture de chauffage.

Poser des panneaux solaires photovoltaïques

L’installation de panneaux solaires photovoltaïques en copropriété est une démarche judicieuse pour réduire la consommation d’énergie et contribuer à la préservation de l’environnement.

Avantages des panneaux solaires en copropriété :

Les panneaux solaires captent l’énergie du soleil et la transforment en électricité. Ils peuvent alimenter les parties communes de la copropriété, comme les éclairages, les ascenseurs, ou même les systèmes de chauffage. L’utilisation de l’énergie solaire réduit la dépendance aux sources d’énergie traditionnelles, ce qui peut entraîner des économies significatives sur les factures d’électricité. En installant des panneaux solaires, la copropriété contribue à la transition vers une énergie plus propre et durable.

Conditions et démarches :

Avant toute installation, il est essentiel de réaliser une étude technique par une entreprise spécialisée. Cette étude évalue la faisabilité du projet, la qualité de l’isolation, la structure du bâtiment, etc. L’accord de l’assemblée générale est nécessaire. Il est indispensable de respecter la réglementation concernant les travaux touchant les parties communes. Les panneaux solaires sont généralement installés sur la toiture, mais ils peuvent également être fixés sur la façade ou au sol si un espace extérieur est disponible.

Adopter des éco-gestes quotidiennement

Découvrez ci-dessous 10 astuces pour réduire votre consommation d’énergie :

  • Entretenir ses installations de chauffage et d’eau.
  • Opter pour des appareils électroménagers adaptés et à basse consommation.
  • Réduire le chauffage de 1 °C.
  • Économiser sur les éclairages.
  • Vérifier et optimiser l’isolation.
  • Limiter sa consommation d’eau.
  • Diminuer la température de l’eau utilisée.
  • Éteindre ses appareils en veille.
  • Bien entretenir son réfrigérateur et son congélateur.
  • Éviter certaines pratiques trop énergivores : utiliser la climatisation l’été (privilégier le ventilateur), utiliser des chauffages d’appoint qui augmentent la consommation et les coûts ou encore surchauffer les parties communes peu utilisées.

Quel est le rôle du syndic ?

Analyser les factures d’électricité et de gaz de la copropriété

La première étape consiste à analyser attentivement les factures et à identifier les tendances, les variations saisonnières et les éventuelles anomalies. Cela permettra de mieux comprendre la consommation et de détecter rapidement toute augmentation significative.

Sensibiliser les copropriétaires sur les enjeux liés aux dépenses énergétiques

Il est nécessaire d’informer les copropriétaires, d’organiser des réunions ou des communications pour discuter des mesures d’économie d’énergie et des moyens de réduire les coûts. Il faut également encourager l’adoption de bonnes pratiques, telles que l’extinction des lumières dans les parties communes, l’utilisation d’appareils économes en énergie, et l’isolation thermique.

Étudier les contrats d’approvisionnement en électricité et en gaz de la copropriété

Il est indispensable de vérifier les clauses relatives aux tarifs, aux conditions de résiliation et aux éventuelles pénalités. Si nécessaire, il faut envisager de renégocier les contrats pour obtenir des tarifs plus avantageux.

Suivre les évolutions du marché de l’énergie

Il est important de rester informé des évolutions du marché. Les prix fluctuent en fonction de l’offre et de la demande, des politiques gouvernementales et des conditions climatiques. Anticiper les hausses potentielles et s’adapter en conséquence est primordial.

Constituer un fonds de réserve spécifique pour les dépenses énergétiques

Prévoir un fonds de réserve spécifique permet de faire face aux augmentations inattendues sans impacter les charges des copropriétaires.

La fin des boucliers tarifaires a des implications significatives pour les copropriétés. Il est essentiel que les syndics et les gestionnaires de copropriété restent informés des évolutions du marché de l’énergie et conseillent leurs copropriétaires en conséquence. La vigilance et la planification sont essentielles pour atténuer l’impact financier sur les copropriétés.


Cotoit vous propose chaque mois deux actualités sur la copro, inscrivez-vous à notre newsletter :

Besoin de changer de syndic ?

Vous aimeriez changer de syndic et êtes intéressés par Cotoit ?

Faites votre demande de devis gratuitement et en 3 minutes maximum.

Un de nos Coach Copro vous recontactera dans les plus brefs délais.

Illustration

Pour en savoir plus sur la copropriété

Article

L’actu du mois Cotoit #4 – Avril 2024

Bienvenue dans cette quatrième édition de l’actu du mois Cotoit. L’objectif ? Vous faire découvrir les nouveautés de l’immobilier et de la copropriété du mois à ne pas louper ! Au programme : Bonne lecture ! Trêve hivernale 2024 : fin des mesures de protection La trêve hivernale, qui offre une protection aux locataires et propriétaires […]

Lire l'article

Elise Macé • 22 avril 2024

Article

Sinistre immeuble : la nouvelle convention IRSI

Depuis le 1er juin 2018, l’ancienne convention CIDRE, qui gérait les dégâts des eaux, est remplacée par l’IRSI (la convention inter-assurance d’indemnisation et de recours de sinistre immeuble). Ses principaux objectifs :  simplifier le processus pour l’assuré et accélérer le règlement des sinistres avec un seul assureur chargé de la gestion du sinistre dans sa […]

Lire l'article

Nino Grégoire • 18 avril 2024

Article

Pose d’antenne relais en copropriété : comprendre les enjeux

L’installation d’une antenne relais de téléphonie mobile dans une copropriété peut susciter des préoccupations et des questionnements de la part des résidents. En effet, l’exposition aux ondes, les droits des copropriétaires et les procédures de vote sont autant de sujets qui méritent d’être abordés de manière claire et précise. Dans cet article, nous allons explorer […]

Lire l'article

Nino Grégoire • 17 avril 2024