Le guide du compostage en copropriété : il devient obligatoire

Photo de l'auteur

Coach Copro

Partagez cet article

Dès le début de l’année 2024, les Français seront invités à adopter une solution de tri des déchets organiques dans leur quotidien. Cotoit vous éclaire.

Le compostage devient obligatoire en 2024

À partir du 1er janvier 2024, chaque citoyen français sera tenu de participer activement à la gestion des biodéchets tels que les épluchures, les coquilles d’œufs, les restes de repas, les mouchoirs et les produits périmés sans emballage. Conformément à la loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, dite loi anti-gaspillage, cette initiative vise à valoriser ces matières organiques souvent négligées.

Concrètement, cela signifie que chaque ménage devra avoir un bac dédié aux matières organiques telles que les déchets de cuisine (les épluchures, les restes de repas) et les feuilles mortes. Pour les résidents en maison, il est déjà possible de se procurer un bac à compost dans une jardinerie.

À savoir : en France, chaque habitant jette en moyenne 83 kg de biodéchets par an. Les pertes et les gaspillages alimentaires en France représentent 10 millions de tonnes de produits par an, soit une valeur commerciale estimée à 16 milliards d’euros, selon le ministère de l’Écologie.

Certaines villes et métropoles comme la métropole bordelaise vont même jusqu’à fournir gratuitement des composteurs. Des distributions mensuelles sont organisées pour les habitants, facilitant l’adoption de cette pratique écoresponsable.

Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), les biodéchets représentent près de 30 % des ordures ménagères résiduelles, soit plus de 80 kg de déchets par habitant chaque année. Leur valorisation offre un potentiel significatif.

Le ministère de la Transition écologique explique que cela permettrait de produire du compost ainsi que du biogaz pour notre approvisionnement énergétique.

De plus, cela contribuerait à réduire les émissions de gaz à effet de serre associées à leur décomposition en décharge, représentant une économie estimée à plus de 800 000 t de CO2/an, selon l’ADEME.

Comment installer un bac à compost collectif dans sa copropriété ?

Le compostage n’est plus l’apanage des personnes vivant dans une maison et disposant d’un jardin, notamment depuis cette nouvelle réglementation. De nombreuses copropriétés n’ont pas attendu cette loi pour mettre en place des composteurs collectifs. Pourquoi pas vous ?

L’installation des bacs de compostage en copropriété doit être votée lors de l’assemblée générale, notamment parce qu’elle concerne les parties communes (un vote à la majorité absolue est recommandé). Ce vote permettra de définir le lieu de pose et de définir les différentes conditions d’utilisation.

Si le composteur est installé sur une partie privée (jardin privé), alors aucune autorisation n’est nécessaire. Il doit cependant ne générer aucune nuisance auprès du voisinage.

Pour sensibiliser vos voisins et les informer sur les avantages et les bonnes pratiques en matière de compostage, il est possible de faire appel à des associations organisant des ateliers sur le compostage.

Bon à savoir : certaines collectivités mettent des bacs de compostage à votre disposition.

Comment communiquer sur l’utilisation du compost dans la copropriété ?

Composter ses déchets est relativement simple mais cela demande de prendre l’habitude. Il s’agit ni plus ni moins que de créer un nouveau réflexe. Il faut donc communiquer, éventuellement au moyen d’un flyer à remettre aux membres de la copro et d’affiches explicatives voire même d’un atelier pratique afin que tout le monde se prenne au jeu.

Il faut y mentionner :

  1. La liste des déchets appropriés pour le compost
    Il est important de sensibiliser les copropriétaires sur les types de déchets qui peuvent être déposés dans le compost. Cela inclut les épluchures de fruits et légumes, les résidus de gazon, les feuilles mortes, et la sciure de bois. Ces éléments se décomposent naturellement et enrichissent le compost.
  2. Déchets à éviter
    Certains matériaux ne doivent pas être mis dans le compost, car ils peuvent le contaminer ou ralentir le processus de décomposition. Cela inclut les viandes, les poissons, les agrumes, les plantes malades et les produits chimiques, la laine….
  3. Utilisation du compost
    Une fois transformés, les déchets organiques deviennent un fertilisant naturel riche en nutriments. Ce compost peut être utilisé pour fertiliser un potager collectif ou des espaces verts de la copropriété.
  4. Suivi et gestion du compost
    Il est enfin important de mettre en place un système de suivi et de gestion du compost. Cela peut impliquer la nomination d’un responsable du compost, ou la création d’un petit comité dédié à cette tâche.

Comment utiliser un compost ?

Utiliser un compost collectif, c’est un peu comme créer une cuisine secrète de la nature où tous les habitants participent. Voici comment faire vivre cette aventure de manière vivante :

  1. Collecte des matières organiques : tout commence par la collecte des matières organiques. Chacun apporte ses déchets alimentaires comme les épluchures de légumes, les restes de repas et même les feuilles mortes du jardin.
  2. Équilibre des matières : il faut équilibrer les apports. Imaginez que votre compost ait besoin d’un repas équilibré. Ajoutez des « verts » (matières riches en azote comme les restes de cuisine) et des « bruns » (matières riches en carbone comme des feuilles sèches) pour garder un équilibre.
  3. Aération et brassage : comme toute cuisine, le compost a besoin d’air. Remuez-le régulièrement pour favoriser la décomposition.
  4. Contrôle de l’humidité : le compost aime l’humidité, mais pas trop. Assurez-vous qu’il reste aussi humide qu’une éponge bien essorée, mais pas détrempé.
  5. Patience et observation : attendez patiemment que la magie opère. Avec le temps, les micro-organismes transforment les déchets en un terreau riche.
  6. Récolte du trésor : en quelques mois à un an, votre compost sera prêt à être utilisé dans le jardin. C’est comme récolter un trésor naturel, un terreau riche en nutriments pour vos plantes.
  7. Partage et éducation : partagez vos connaissances avec d’autres participants au compost collectif. Organisez des ateliers pour montrer comment ça marche. Plus il y a de participants, plus c’est amusant !

Alors, à vous de jouer pour transformer vos déchets en une ressource précieuse pour la terre.


Cotoit vous propose chaque mois deux actualités sur la copro, inscrivez-vous à notre newsletter :

Besoin de changer de syndic ?

Vous aimeriez changer de syndic et êtes intéressés par Cotoit ?

Faites votre demande de devis gratuitement et en 3 minutes maximum.

Un de nos Coach Copro vous recontactera dans les plus brefs délais.

Illustration

Pour en savoir plus sur la copropriété

Article

Le Bail Meublé Étudiant : Tout ce qu’il faut savoir

L’essor du bail meublé étudiant Le bail meublé étudiant connaît une forte croissance ces dernières années, en réponse à l’évolution des modes de vie et des besoins des étudiants. Plusieurs facteurs expliquent cet engouement. 1. Une demande croissante de logements étudiants Avec l’augmentation constante du nombre d’étudiants en France, la demande de logements adaptés ne […]

Lire l'article

Nino Grégoire • 13 juin 2024

Article

Comment valoriser son bien immobilier en copropriété ?

Valoriser un bien immobilier en copropriété est un sujet complexe qui fait intervenir de nombreux facteurs. Que votre appartement ou votre maison soit destiné à la vente ou à la location, il est essentiel de bien identifier les leviers pour en maximiser la valeur. Tour d’horizon des meilleures pratiques. État des lieux et diagnostics Avant […]

Lire l'article

Coach Copro •

Article

Le bail chambre chez l’habitant : une solution locative

Qu’est-ce que le bail chambre chez l’habitant ? Le bail chambre chez l’habitant, aussi appelé « cohabitation intergénérationnelle » ou « colocation avec le propriétaire », désigne un contrat de location spécifique où une personne loue une chambre meublée au sein du logement principal d’un particulier. Ce type d’hébergement connaît un essor grandissant en France, porté notamment par les […]

Lire l'article

Nino Grégoire • 12 juin 2024